Les résidents
Accueil Les résidents

Les photos des activités de notre foyer d’accueil spécialisé

Population accueillie dans notre foyer d’accueil

Dans notre foyer d’accueil spécialisé, nous accueillons une population très hétérogène. Afin d’optimaliser la prise en charge, nous avons subdivisé le bâtiment en 3 milieux de vie.

Les milieux de vie ont été créés afin d’homogénéiser les groupes. En effet, en fonction de leurs compétences et de leur autonomie les résidents intègrent un ou l’autre groupe adapté.

Notre foyer d’accueil spécialisé attache beaucoup d’importance au mélange des populations. Nous évitons de classer les personnes « dans des cases » ce qui serait, à nos yeux, une vision trop réductrice tant pour les résidents que pour la prise en charge. Par exemple, pourquoi ne pourrait on pas mélanger un patient apragmatique avec un résident schizophrène ou un autiste asperger ? Nous préférons donc parler de « compétence » et faire des groupes d’activité en fonction des compétences de chacun.

Dans les 3 milieux de vie nous pouvons accueillir des résidents présentant :

  • De l’autisme
  • Des syndromes autistiques
  • Des psychoses
  • Des déficiences mentales
  •  …

Nous envisageons la prise en charge des résidents dans leur globalité. Dès lors, nous ne classons pas les résidents en fonction de leur problématique de base mais avec une vision plus systémique. Le niveau de compétence reste un point très important afin de rendre les groupes plus homogènes. En effet, les activités quotidiennes sont réalisées en tenant compte de cet aspect. Cela nous fait mieux comprendre pourquoi dans notre foyer d hébergement pour adultes handicapés, l’âge du résident est moins important à nos yeux.

Cette prise en charge systémique prend compte des aspects suivants :

  • Aspect psychiatrique
  • Aspect somatique
  • Le vécu, l’histoire de la personne
  • Aspect social
  • Aspect culturel

Il est important de tenir compte de tous ces aspects afin d’optimaliser cette prise en charge. En effet, il serait réducteur de ne tenir compte que de l’aspect psychiatrique du résident.

A titre d’exemple: un patient autiste ne sachant pas verbalisé sa douleur développera des troubles du comportement qui ne cesseront qu’en tenant compte de cet aspect somatique. Il serait dès lors illusoire de penser à diminuer  ces troubles  en ne tenant compte que de l’aspect psychiatrique et de l’autisme.

Autre exemple:  un patient ayant connu une vie familiale et affective très difficile pourrait avoir une tendance abandonnique qui expliquerait certaines réactions ou certains troubles à des moments précis comme par exemple un retour en famille.

Dans notre foyer de vie pour adultes handicapés chaque résident est unique et chacun a son vécu, son caractère, et sa ou ses pathologie(s) principale(s) et associée(s). Dès lors il est impossible de ne pas envisager une prise en charge systémique et donc de voir le patient dans son ensemble.